Nos Articles

Autisme, alimentation et hypersensibilité. Quelles sont les conséquences ?

Autisme, alimentation, et hypersensibilité. Quelles sont les conséquences ?

Comme je vous l’indiquais dans un précédent article, les repas pour la personne autiste peuvent être un véritable défi.

Les problèmes d’alimentation peuvent avoir diverses raisons. Ils peuvent être dus à un problème médical, des allergies, des troubles de la mastication ou de la déglutition. A ce titre, un bilan de déglutition réalisé par un orthophoniste spécialisé dans l’autisme peut vous aider.

S’il n’y a pas de trouble particulier, rappelez vous que la personne autiste traite l’information et les stimuli d’une façon qui leur est propre. Ceci peut d’ailleurs générer des comportement différents, parfois insolites.

Rappelez vous, nous mangeons avec nos sens. Alors, autisme, alimentation, et hypersensibilité, quelles sont les conséquences ?

Autisme, alimentation, hypersensibilité :

Lorsque nous mangeons, notre corps est envahi par des milliers de stimuli. Nous voyons la nourriture, nous la sentons, nous la goûtons et nous l’entendons (en la mâchant, la croquant, …). Pourtant nous ne sentons, ne goûtons, n’entendons ou ne voyons pas tout. Notre traitement de l’information est filtrant. Il nous permet de profiter de notre repas à notre aise.

Les personnes autistes sont souvent envahies par les stimuli, même ceux n’ayant aucune utilité dans le contexte. Leurs sens sont d’une acuité peu commune et elles reçoivent bien plus de stimuli qu’une personne neurotypique. Et, cette hypersensibilité peut avoir une grande influence sur leurs repas.

Intéressons nous aux différents sens :

La vue :

Quand on est hypersensible au plan visuel, on voit aisément tous les changements de forme et de tons d’une couleur. Notre but est alors de créer le plus d’ordre possible, car l’ordre offre un repos visuel. Les personnes autistes essaient de créer de l’ordre dans leur assiette. Elles peuvent :

  • Séparer chaque aliment dans leur assiette
  • Refuser de manger des plats mélangés (petits pois et carottes)
  • Avoir une préférence pour des aliments d’une certaine couleur
  • Ne vouloir manger que des aliments « normaux » (une poire tachée ne peut pas être mangée)

Le goût :

Il existe quatre goûts différents : salé, sucré, acide et amer.

Bien que certains aliments aient un goût bien prononcé tel que le citron, le café, le sucre et les biscuits salés, la plupart des aliments sont constitués de divers goûts et dans diverses proportions.

Si notre goût est hypersensible, alors certains d’entre eux peuvent être perçus plus violemment que d’autres et/ou l’intégration de divers goûts peut s’avérer souvent difficile. Des personnes hypersensibles essaient de créer le plus de « calme » possible dans leur bouche.

Par exemple, les personnes autistes peuvent :

  • Masquer les goûts en mélangeant tout au ketchup ou mettre beaucoup de sel sur les aliments
  • Ne manger que de la nourriture « neutre » ou connue
  • Limiter la diversité de goûts dans son assiette

L’odorat :

Beaucoup de personnes l’ignorent mais ce que nous goûtons est pour 75% influencé par ce que nous sentons.

Imaginez-vous donc avoir un odorat hypersensible et que chaque odeur perçue vous fasse l’effet d’un oignon coupé et cru ? Vous quitteriez la table pour moins que ça ! Quelques exemples remarqués chez des personnes autistes :

  • Ne manger que des repas froids car ceux-ci sentent moins que les repas chauds
  • Refuser les repas ayant une forte odeur
  • Exiger que les casseroles restent à distance

Le toucher :

Nous la touchons aussi la nourriture. Elle peut être dure, douce, granuleuse, chaude, froide, crémeuse,…

Ces stimuli doivent aussi être assimilés en un seul tout.

Etre hypersensible au toucher peut rendre le contact avec certains aliments très désagréable (la pêche par exemple). Certaines textures peuvent être perçues comme très dérangeantes ou difficiles à combiner avec d’autres textures.

Par exemple les personnes autistes :

  • N’acceptent de manger que des purées ou de la nourriture croquante
  • Ne pas supporter de morceaux dans des aliments supposés être crémeux (yaourts)
  • Peuvent avoir la sensation de constamment discerner des fils (fibres)

Il est supposé que certains enfants autistes ont des difficultés à assimiler les différentes sensations ressenties lorsque la nourriture est mâchée. En effet,  à chaque mastication, les goûts, les odeurs et la texture changent. De la nourriture mélangée à de la salive a une autre sensation et un autre goût. Chaque nouvelle mastication est donc un apport de nouveaux stimuli que la personne autiste doit traîter. Et c’est justement ce traitement de nouvelles informations qui est si difficile pour elle.

L’ouïe :

Notre nourriture produit des sons. Je ne parle pas ici de l’environnement sonore du repas, mais les sons dans notre bouche lorsqu’on mâche et qu’on avale. Être hypersensible au bruit peut se manifester des manières suivantes :

  • Refuser tout aliment croquant en raison du bruit désagréable que l’écrasement et la mastication produisent
  • Refuser de la nourriture crémeuse à cause de la façon dont on doit la malaxer dans notre bouche.

Vous l’avez compris, l’hypersensibilité de la personne autiste peut être un véritable obstacle à une alimentation équilibrée.

Vous avez besoin d’aide ? N’hésitez pas,
contactez-moi.

 

Laisser un commentaire