Nos Articles

Comment financer un séjour adapté ?

Les vacances sont des temps privilégiés de détente, d’enrichissement, de découverte, d’apprentissage, de rupture avec le cadre habituel, d’épanouissement. Elles favorisent l’intégration, les rencontres et les échanges.

Cependant, le financement d’un séjour adapté est une préoccupation majeure pour la plupart des familles.

En 2017 celui-ci sera d’environ 140 euros par jour pour  un séjour de deux semaines, en bord de mer.

Le surcoût d’un séjour de vacances adaptées pour un adulte représente environ 35 % du coût total du séjour.

Rappel de la réglementation :

Les associations sans but lucratif ayant pour objet l’organisation de séjours de vacances doivent être titulaires d’une habilitation tourisme.

La réglementation concernant les séjours pour mineurs est la même pour tous, que l’enfant soit handicapé ou non.

Néanmoins, des recommandations pour l’accueil d’enfants atteints de troubles de la santé et de handicaps, permettent de repérer les actions et démarches à mettre en œuvre avant et pendant le séjour, afin de favoriser un meilleur accueil.

Quant aux séjours de vacances adaptées proposés aux adultes handicapés, les organismes doivent être agréés « Vacances adaptées organisées », en vertu du décret du 29 décembre 2006. Cet agrément, délivré par le préfet de région (Direction générale des affaires sanitaires et sociales), est valable trois ans.

Des contrôles des séjours sont effectués par les Agences Régionales de Santé du lieu où se déroule le séjour.

Les aides financières :

Les aides financières sont possibles, mais pas systématiques. Les démarches sont à effectuer deux à trois mois avant le départ en vacances.

  • La CAF :

Pour vos vacances en famille et si votre quotient familial est inférieur à 800 €, vous pouvez bénéficier de l’aide aux vacances familiales avec l’aide VACAF et l’aide à la location.

Ces aides sont utilisables pour des vacances avec vos enfants en période de vacances scolaires. La CAF peut prendre en charge de 25 à 60% du coût du séjour, dans la limite de 600 euros (dans un centre labellisé).  Si vous louez un appartement ou une maison chez un particulier ou un professionnel la participation est comprise entre 190 et 360 euros (dans la limite du montant total).

  •  La MDPH :

Certaines dépenses liées aux vacances peuvent être comptabilisées comme des « surcoûts lié au handicap ». C’est le cas pour des frais liés au transports ou l’obtention d’une tierce personne.

Comment procéder ?

  1. Faire établir un devis par l’organisme de séjour,
  2. Fournir un rapport social étayé d’une assistante sociale hospitalière, ou de l’établissement social et médico social,
  3.  Faire un dossier CERFA ou une demande sur papier libre si un dossier est en cours de validité accompagné,
  • Pour les adultes (+ de 20 ans) vous pouvez obtenir une aide exceptionnelle de la PCH. Que vous soyez ou non déjà bénéficiaire de la Prestation de Compensation Handicap (PCH), vous pouvez solliciter une aide financière auprès de votre Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). Elle est attribuée pour les charges exceptionnelles liées au handicap pendant le séjour.

Démarches à suivre :

Après votre pré-inscription à l’un des séjours proposés, vous recevrez un devis vous détaillant l’ensemble des coûts liés au voyage, dont le détail du surcoût lié au handicap, considéré comme des charges spécifiques et exceptionnelles dans votre demande PCH.

Ce devis est à remettre avec un courrier motivé auprès de votre MDPH, accompagné du document CERFA 13788*01 et du certificat médical CERFA 13878*01. Renseignez-vous également auprès de votre MDPH pour connaitre les démarches à suivre.

Il est nécessaire de faire ces demande au moins 4 mois avant soit au mois de Mars pour les vacances d’été.

Attention : le dossier MDPH doit présenter des devis et non des factures. En revanche, le la MDPH qui verse la prestation ne verse que sur facture acquittée

  • Le Conseil Départemental :

Cette collectivité territoriale peut attribuer une aide pour les famille en très grande difficulté.

Chaque département met en place un fonds de compensation. Le montant attribué varie en fonction des départements

Démarches :

  • Le dossier est à retirer à la MDPH. Vous devez le compléter avec des éléments : médicaux,  et argumentaire et de ressources
  • Le dossier est à constituer après avoir reçu une réponse de l’AEEH ou de la PCH car est destiné à participer au reste à charge.

Les délais plus courts que pour l’AEEH ou la PCH : environ 1 mois et demi deux mois

Informations : auprès des assistantes sociales de votre quartier ou de votre commune.

  •  Votre Comité d’Entreprise :

Les participations du comité d’entreprise destinées à favoriser les départs en vacances sont les suivantes :

  • Participations aux dépenses d’hébergement et de transport pour favoriser le départ en vacances de la famille ou des enfants seuls
  • Colonies de vacances : La participation du comité d’entreprise favorise le départ des enfants en colonie de vacances, sous réserve de la production d’une attestation d’inscription. Ce justificatif est à fournir par le salarié au comité d’entreprise.
  • Court séjour linguistique des enfants à l’étranger ou séjour de « vacances éducatives »,
  • Classe verte » et « classe de neige »,
  • Chèques vacances,
  • Réductions tarifaires accordées à l’occasion de voyages touristiques.

Ces participations, même non modulées en fonction des ressources familiales, peuvent prendre la forme d’une prise en charge directe par le CE ou d’un remboursement a posteriori par un chèque nominatif des sommes payées par les salariés.

Il appartient au Comité d’Entreprise de définir les modalités d’attribution de ses participations et de fixer les justificatifs qu’il juge utile pour s’assurer de l’adéquation entre les prestations qu’il alloue et l’objectif poursuivi.

Aucune limitation de montant n’est prévue. Les participations peuvent revêtir des formes variées et même se cumuler (versement au salarié, participation en argent, en nature, bon de participation, participation directe auprès des centres de vacances).

  • L’UNALG (Union Nationale des Associations Laïques Gestionnaires):

L’UNALG favorise le départ en vacances des personnes en situation de handicap dans une logique de projet et assure un accompagnement pédagogique à toutes les étapes du projet de vacances.

Pour obtenir cette aide, un dossier est à remplir et à adresser au correspondant UNALG du département de résidence de la personne un mois et demi avant le début du séjour.
Cette aide, de 1/3 à 2/3 du coût du séjour, n’intervient qu’en dernier recours en complément d’autres financeurs (Etat, Collectivités, CAF, Fondations, Associations, autres personnes de droit privé, …).
Ces autres financeurs ne doivent pas être des organismes déjà partenaires de l’ANCV s’ils soutiennent le projet sous forme de bourses vacances. Cette aide est attribuée sous forme de chèques vacances.
Pour plus de renseignements, pour obtenir le dossier de demande d’attribution de chèques vacances et les coordonnées du correspondant UNALG de votre département de résidence, vous pouvez nous contacter : contact@lepasdecote.net

  • JPA :

La Jeunesse au Plein Air peut vous aider. Depuis plus de 70 ans, la Jeunesse au Plein Air milite pour le départ de tous les enfants en vacances. La JPA soutient ainsi financièrement le départ des enfants en colonies de vacances, centres de loisirs et classes de découvertes.

Pour bénéficier d’une aide JPA, il faut remplir quatre critères :

  • Votre enfant doit avoir moins de 18 ans ;
  • Votre quotient familial doit être inférieur à 1200 ;
  • Le séjour choisi doit être au moins d’une nuitée ;
  • L’organisateur doit être un organisateur laïque à but non lucratif (comme par exemple une association, un comité d’entreprise, etc.).

Pour savoir si vous pouvez bénéficier d’une aide, contactez nous contact@lepasdecote.net et indiquez votre département de résidence.

  • Solidarité Laïque :

Pour aider les familles en difficulté sociale et des jeunes de plus de 16 ans.

Pour connaître la délégation de votre département, contactez nous ! contact@lepasdecote.net

  • Le Conseil Régional :

Contactez votre assistante sociale de secteur ou directement votre Conseil Régional.

  • Votre mutuelle et/ou caisse de retraite : Contactez les

  • Le CCAS de votre commune de résidence :

Les CCAS réservent souvent leur secours facultatifs aux personnes isolées et laisse le conseil Général intervenir pour les familles (www.unccas.org).

  • L’Aide Sociale à l’Enfance :

Contactez votre Conseil Départemental

  • La CPAM :

Qui dispose d’un fond de secours

  • Les ASSEDIC,

Et le Fond d’action sociale

  • L’ANCV : Agence Nationale Chèques Vacances

Pour soutenir le départ en vacances des personnes en situation de fragilité économique ou sociale et, pour construire leur(s) premier(s) projet(s) de vacances.

Des aides à la personne versées sous forme de Chèques-Vacances.

Pour les personnes en situation de fragilité économique et sociale : familles notamment monoparentales, jeunes, adultes isolés et personnes en situation de handicap dont le quotient familial est inférieur à 900 €.

Nécessairement aidées par un référent social, salarié ou bénévole, pour la construction du projet de vacances.

Comment en bénéficier ?

Par l’intermédiaire d’organismes à vocation sociale ou médico-sociale qui animent un réseau de structures sur le territoire.

Note: les Aides aux Projets Vacances ne s’adressent ni aux particuliers ni aux associations locales non fédérées.

Vous avez un projet de vacances et souhaitez bénéficier du programme Aides aux Projets Vacances de l’ANCV ? Nous vous invitons à vous mettre en relation avec Le Pas de Côté : contact@lepasdecote.net

  • Les bourses jeunesse en plein air, bourse d’environ 100 euros, rue d’Artois 75 008 PARIS. Tél : 01 44 95 81 20
  • Les autres associations : Secours Catholique, Croix Rouge, La Voix de l’Enfant, Les Enfants de la Terre,

De plus, si le handicap de la personne ne lui permet pas de se rendre sur son lieu de vacances par les moyens ordinaires, le surcoût de transport  peut être financé par la Prestation de compensation à domicile. Le transport est donc pris en charge partiellement : a priori, la différence entre le coût du transport en commun et celui d’un taxi correspond peu ou prou au montant de ce financement.

Laisser un commentaire