Nos Articles

Dossier thématique : Les intelligences multiples.

Savoir les repérer, les stimuler et les mettre à profit dans les processus d’apprentissage.

Les intelligences multiples ont été mises en exergue par Howard GARDNER à la fin des années 70. Aujourd’hui, grâce à la théorie des intelligences multiples, les enfants peuvent apprendre autrement et très efficacement !

Qu’est ce que l’intelligence ?

L’intelligence humaine est caractérisée par plusieurs aptitudes, surtout cognitives, qui permettent à l’individu humain d’apprendre, de former des concepts, de comprendre, d’appliquer la logique et la raison. Elle comprend la capacité à reconnaître des tendances, comprendre les idées, planifier, résoudre des problèmes, prendre des décisions, conserver des informations, et utiliser la langue pour communiquer.

Du point de vue scientifique, le terme intelligence se rapporte généralement à l´intelligence académique ou cognitive. Dans leur ouvrage sur l’intelligence, les professeurs Resing et Drenth (2007)1 répondent à la question “Qu´est-ce que l´intelligence ?” en utilisant la définition suivante : « Ensemble des aptitudes cognitives ou intellectuelles requises permettant d’acquérir des connaissances et l’utilisation de ces connaissances de façon efficace pour résoudre les problèmes dont l’objectif et la structure sont bien définis. »

Le concept de l’intelligence :

Le concept d’intelligence est demeuré dépendant de certaines normes sociales jusqu’au début du vingtième siècle. C’est vers cette époque qu’on a commencé à imaginer qu’on pourrait mesurer l’intelligence. Qui n’a pas entendu parler du fameux «QI» !

Le test du QI  (Quotient Intellectuel) :

Le premier test d´intelligence moderne de l´histoire du QI a été mis au point en 1904, par Alfred Binet (1857-1911) et Theodore Simon (1872-1961). Le Ministère de l´éducation français de l´époque chargea ces deux psychologues de développer un test pour différencier les enfants souffrant de difficultés intellectuelles, de trouble de l’apprentissage,  des enfants uniquement paresseux.

Le test de QI Simon-Binet était né. Ce test est constitué de plusieurs composants tels que le raisonnement logique, l´identification des rimes et la désignation des objets.

Au fil des années, ces mesures ont été utilisées pour présager le devenir scolaire d’un enfant, sans pour autant donner une quelconque indication quant à l’avenir professionnel des personnes testées.

Cela s’explique aisément par le fait que ces systèmes de mesure, tout comme notre système scolaire, accordent beaucoup d’importance aux aspects de la logique, des mathématiques et de la langue.

L’intelligence et QI sont deux concepts distincts. Le quotient intellectuel ou QI est une mesure (valeur numérique) de la capacité intellectuelle que chacun d´entre nous possède à un niveau plus ou moins élevé par rapport à la moyenne d´un groupe. L’intelligence, se réfère à la manière dont nous sommes intelligent.

Autrement dit : Le QI correspond à une mesure quantitative, l’intelligence est à appréhender sur le plan qualitatif.

Mais notre société occidentale est friande de classement. On mesure tout et ce qui ne se mesure pas a généralement peu de valeur.

La conception de l’intelligence que sous-tend la mesure du QI laisse entendre que l’intelligence est innée (elle dépendrait du patrimoine génétique), qu’elle ne se modifie guère avec l’âge, l’apprentissage ou l’expérience.

Or, rien n’est plus faux.

La plupart des chercheurs qui se penchent sur ce sujet estiment que, si les jeunes tendent à progresser dans différents domaines, avec l’âge ils connaissent, tous, comme c’est le cas au plan physique, des périodes de développement accéléré et des périodes de stagnation.

Le concept traditionnel de l’intelligence est aussi remis en question par les anthropologues ou les neurosciences qui ont récemment mis en évidence la plasticité du cerveau, c’est-à-dire la capacité du cerveau de reconstruire un réseau neuronal liant certaines fonctions à une nouvelle zone du cerveau à la suite d’un accident.

Quelles sont les formes d’intelligences multiples ?

Les 8 formes d’intelligence :

Psychologue cognitiviste, professeur de neurologie à Boston et enseignant à la Harvard Graduate School of Education, Howard Gardner s’intéresse particulièrement, à la fin des années 70, au potentiel humain et au concept d’intelligence. Ses recherches le conduisent à mettre le terme d’intelligence au pluriel.  

Opposé au test du QI qui explore uniquement nos capacités verbales et logico mathématiques, Howard Gardner met en évidence que tous les hommes sont intelligents, mais pas forcément de la même façon. Il existerait en effet huit types d’intelligence, correspondant chacune à un talent, une aptitude spécifique. C’est la théorie des intelligences multiples.

Les intelligences multiples peuvent être catégorisées selon 4 types :

  • Les intelligences d’action : L’intelligence interpersonnelle et l’intelligence intrapersonnelle.
  • Les intelligences scolaires : L’intelligence linguistique et l’intelligence logico mathématique
  • Les intelligences environnementales : Naturaliste et musicale
  • Les intelligences méthodologiques : Visuo spatiale et kinesthésique.

Devenu le chantre d’un enseignement personnalisé qui s’appuie sur les points forts de l’élève plutôt que de l’exclure, il publie une vingtaine de livres traduits dans plusieurs langues.

Mais ne fait pas forcément l’unanimité. Critiquées par certains psychologues et neuroscientifiques, ses idées entrent à l’école, plus ou moins vite selon les pays.

La France, comme l’Angleterre d’ailleurs, sont les deux pays où le système scolaire n’utilise qu’une seule façon d’enseigner et où on est persuadé que tout le monde n’apprend que de cette façon-là.

Cette approche de l’école fonctionnait quand son but était de sélectionner, c’est-à-dire de se débarrasser des 90 % qui n’arrivaient pas à comprendre et ne s’occuper que des 10 % de bons élèves. Mais on ne peut pas continuer ainsi, à ne s’occuper que d’enfants dotés d’un cerveau qui apprend si facilement à l’école qu’ils n’ont pas besoin de profs !

Aujourd’hui, l’école est censée atteindre les enfants d’origines diverses et variées, aux profils d’apprentissage différents.

Les individus qui apprennent mieux autrement sont par conséquent brimés et risquent de se retrouver en difficulté voire en échec scolaire.

Pour Howard Gardner nous nous servons de toutes ces intelligences mais il y en a une qui domine les autres et à travers laquelle nous apprenons mieux.

Afin d’identifier le canal d’apprentissage qui nous convient le mieux, revenons sur ces catégories d’intelligence.

Intelligences multiples : Les intelligences d’action

L’intelligence interpersonnelle : Martin Luther King

C’est la capacité d’interagir avec les gens : ces individus sont très sociables et ont tendance à être d’excellents organisateurs au sein de leur communauté. Cependant, ils peuvent être à la fois très manipulateurs tout en étant de bons médiateurs lors de conflits. Ils apprécient le travail d’équipe.

Elle permet à l’individu d’agir et de réagir avec les autres de façon correcte. Elle l’amène à constater les différences de caractère, de nature, de motifs d’action entre les individus.  Elle permet l’empathie, la coopération, la tolérance. Elle donne la possibilité de détecter les intentions de quelqu’un sans qu’elles ne soient ouvertement avouées. Cette forme d’intelligence permet de résoudre des problèmes liés aux relations avec les autres; elle  permet de comprendre et de générer des solutions valables pour aider les autres.

Les personnes aiment la vie de groupe, elles sont sociables. Elles se plaisent à travailler en coopération. Elle ont le plus souvent un intérêt communautaire. Elles sont dans la communication verbale et non verbale. Elles créent de la synergie, elles sont sensibles aux humeurs et au motivation des autres.

C’est une forme d’intelligence intégratrice tournée vers les autres.  Ces individus possèdent des habiletés à comprendre et interagir. Ils ont besoin de l’autre pour apprendre.  

L’élève sera très sensible aux réactions et aux besoins de son entourage.

Quels métiers ? Ces personnes sont douées pour diriger, faire de la médiation, ce sont des leaders, des organisateurs.

L’intelligence intrapersonnelle : Le Dalaï Lama

C’est la capacité de se sentir rassuré et d’être à l’aise de travailler seul. Ces individus préfèrent donc le travail individuel au travail d’équipe.

La personne à la capacité à prendre conscience de ses forces et faiblesses, ses valeurs, ses capacités. Il utilise ses émotions pour comprendre le monde.  

C’ est l’aptitude à faire de l’introspection, c’est-à-dire à revenir à l’intérieur de soi, à identifier ses sentiments, à analyser ses pensées, ses comportements et ses émotions. Cette forme d’intelligence permet de se comprendre soi-même, de voir ce qu’on  est capable de faire, de constater ses limites et ses forces, d’identifier ses désirs, ses rêves et de comprendre ses réactions. C’est aussi la capacité d’aller chercher de l’aide en cas de besoin.

La personne aime le travail individuel, elle aime apprendre à apprendre. Elle sait se concentrer et s’auto-discipliner. Elle a le sens de l’autocritique et tout échec la fait souffrir. Ses pensées et ses raisonnements sont articulés. C’est une forme d’intelligence tournée vers soi. L’individu à la capacité de se comprendre, de se former une représentation de lui-même fidèle et précise et de l’utiliser efficacement tout au long de sa vie. Les personnes sont souvent introverties, elles ont besoin d’être mises en confiance.

Ces personnes peuvent être incomprises, mais aussi motivées voire obstinées pour atteindre le but qu’elles se sont fixées.

L’élève  aura besoin de réfléchir. Il perçoit bien ses émotions et ses besoins au niveau de l’apprentissage. Il se concentre facilement quand il est seul. Il n’aime pas être dérangé quand il est en posture réflexive.

Intelligences multiples : Les intelligences scolaires

L’intelligence linguistique : Raymond DEVOS

Elle consiste à utiliser le langage pour comprendre les autres et pour exprimer ce que l’on pense. C’est l’intelligence des sonorités.

C’est également la capacité de jongler avec les mots : ces individus aiment lire, écrire et raconter des histoires; ils ont généralement de la facilité à jouer à des jeux de vocabulaire de type Scrabble ou encore à des jeux-questionnaires.

Ils sont sensible à la signification, à l’ordre des mots.

Les personnes ont une compréhension et une utilisation aisée du langage. Elles aiment raconter, lire des histoires. Elles ont une  bonne maîtrise de l’orthographe.

Les individus apprennent à travers les mots. Ils pensent en mots également (et pas en image). Ils se plaisent à parler, écrire, expliquer. Ils ont une bonne mémoire et le sens de l’humour. Ils sont sensibles à la syntaxe, au bon usage des mots, aux sons, à la rythmique des mots. Leur vocabulaire est étendu. Ils sont souvent convaincants.  

L’élève sera très sensible à la forme de la communication et au sens des mots.  Il se concentrera sur le langage oral et écrit. Il communiquera clairement. Sa mémoire sera stimulée par des mots et des phrases bien construites.

Quels métiers ?   Politicien, conférencier,  avocat, poète, écrivain, mais aussi les personnes qui ont à lire et à parler dans leur domaine respectif pour résoudre des problèmes, créer et  comprendre.

L’intelligence logico mathématique : Albert Einstein

C’est la capacité de penser de façon abstraite et logique : ces individus apprécient les casse-tête et les échecs; les ordinateurs cadrent bien avec ce type «dominant» d’intelligence.

Capacité à raisonner, à calculer, à reconnaître les modèles, et ordonner les choses.

C’est la capacité de logique, d’analyse, d’observation ainsi que celle de résoudre des problèmes.

Ce type d’intelligence permet l’analyse des causes et conséquences d’un fait, l’émission d’hypothèses, la compréhension de phénomènes complexes, la manipulation des chiffres et l’exécution des opérations mathématiques.

Les personnes recherchent un modèle lors de la résolution de problèmes. Elles créent des standards. Elles ont une pensée déductive et inductive. Elles sont à l’aise avec l’abstrait, les symboles et signes mathématiques.

Elles distinguent aisément les relations et les connexions. Leur raisonnement est scientifique. Elles peuvent réaliser des calculs complexes. Pour elles, tout doit s’expliquer par la logique.  

L’élève va rechercher des liens logiques entre des concepts et des idées. Il a besoin de formuler une hypothèse et de l’appuyer par des exemples. Il aime catégoriser et classifier.  Il utilise la déduction (raisonnement par lequel on conclut, on déduit) et l’abstraction (manipulation de différents concepts dans des raisonnements).

Quels métiers ? Scientifique, informaticien, médecin, mathématicien.

Intelligences multiples : Les intelligences environnementales

L’intelligence naturaliste : Charles DARWIN

En 1990, Une huitième intelligence est ensuite venue se joindre aux autres : l’intelligence naturaliste.  

Capacité à reconnaître, identifier, classer les espèces animales, faune, flore.

Elle permet à l’individu de classifier, de discriminer, de reconnaître et d’utiliser ses connaissances sur l’environnement naturel, sur les animaux, sur les végétaux ou sur les minéraux. Souvent les personnes chez lesquelles cette forme d’intelligence est bien développée aiment posséder un cahier de notes d’observations ou garder leurs observations en mémoire; elles aiment prendre soin d’animaux, cultiver un jardin et sont en faveur de l’établissement de parcs dans leur ville.

Métiers : biologistes, botanistes, écologistes, océanographes, zoologistes, explorateurs, chasseurs, pêcheurs, chefs cuisinier.

L’élève est un observateur. Il perçoit les détails, les nuances.  Il est sensible aux sons et aux caractéristiques de son environnement. Il aime la nature. Il est sensible au monde des plantes et des animaux. Il cherche à améliorer son environnement. Il se plaît à être dehors, en plein air. Il aime se retrouver dans la nature pour se détendre et se ressourcer. Il se  passionne également pour le fonctionnement du corps humain, pour les phénomènes naturels.

Il recueille, observe, trie, classe, collectionne des cailloux, des insectes, des coquillages…

D’une manière générale il sait observer, organiser les données, sélectionner, regrouper, classifier, catégoriser. La lecture et l’écriture ne sont pas leur tasse de thé.

L’intelligence musicale : Les Beatles

C’est la capacité à «saisir» le rythme et les sons de la musique : ces individus ont l’oreille musicale, ils ont du rythme, ils aiment chanter ou jouer d’un instrument. En général, ils seront les premiers à vous faire chanter ou encore à vous faire apprécier le chant des oiseaux.

Ils sont sensible aux structures rythmiques et musicales, à l’intonation/ ton.

Les personnes pensent en rythme et en mélodie, elles reconnaissent aisément des modèles musicaux,  les mémorisent, les interprètent, en créent. Elles sont sensibles à la musicalité des mots et des phrases. Elles reproduisent, reconnaissent ou créent des mélodies ou des rythmes Ce sont des auditifs purs.

Dans cette catégorie, on retrouve des danseurs, chanteurs, chorégraphes, vendeurs d’instruments de musique…

L’élève est sensible aux mélodies et aux rythmes.  Il aime et comprend la musique. Elle le relaxe. Il peut utiliser le rythme pour apprendre.

Il étudie plus facilement lorsque la leçon est musicale ou rythmée. Il comprend rapidement la structure musicale et il  recherche les schémas musicaux.

Intelligences multiples : Les intelligences méthodologiques

L’intelligence visuo spatiale : Léonard De Vinci

C’est la capacité à visualiser : ces individus aiment concevoir des plans, inventer des choses. Beaucoup d’entre eux finissent par développer un intérêt pour la machinerie ou les systèmes, les réseaux.

Capacité à percevoir le monde avec précision et à créer des images mentales.

Elle permet à l’individu de se faire une représentation spatiale du monde dans son esprit.  Elle donne la possibilité de créer des œuvres d’art et artisanales, d’agencer harmonieusement des vêtements, des meubles, des objets, de penser en images.

Métiers : géographe, peintre, dessinateur de mode, architecte, photographe, styliste, caméraman.

La personne apprend par l’image, les graphiques, les illustrations, l’art. Elle se crée des images mentales. Elle est toujours en recherche l’équilibre et l’harmonie. Elle perçoit les relations entre les objets. Elle a une perception correcte des objets et de l’espace selon différentes positions. Son  imagination est fertile. Elle se situe et se repère très bien dans l’espace. La personne manipule les images. Elle perçoit par le biais des formes, des couleurs, des textures, des designs. Ce sont des visuels purs

L’élève sera sensible aux représentations visuelles. Il transformera facilement les apprentissages en images mentales. Il comprendra et mémorisera mieux en visualisant les objets, les graphiques et les images.  Son imagination est importante et bénéfique à l’ensemble de la classe. Souvent, il dessine ou gribouille en classe.

L’intelligence kinesthésique ou corporelle : Zinédine Zidane

C’est la capacité d’utiliser son corps ou une partie de son corps pour communiquer ou s’exprimer dans la vie quotidienne ou dans un contexte artistique, pour réaliser des tâches faisant appel à la motricité fine, pour apprendre en manipulant des objets, pour faire des exercices physiques ou pratiquer des sports. La plupart du temps  les athlètes, les menuisiers, les chirurgiens et les comédiens ont ce type d’intelligence.

C’est la capacité de pratiquer des sports : ces individus sont très portés sur le sport. Ils ont du cran et en général, une excellente coordination.

Les personnes utilisent leurs corps avec aisance, s’expriment à travers le mouvement et sont habiles avec les objets

Les individus s’engagent souvent physiquement dans la résolution d’un problème. Ils ne lisent pas les consignes, agissent. Ils utilisent l’expression corporelle. Ils ont un lien corps-esprit fort. les personnes apprennent par le biais des sensations corporelles. Elles communiquent par et avec le geste. Elles touchent, manipulent, déplacent. Elle contrôlent tous leurs mouvements volontaires et ont automatisé certains mouvements.

L’élève : s’épanouit dans toutes les activités sportives et théâtrales. Il apprend mieux quand il peut utiliser son corps, manipuler et toucher les objets.  Il s’exprime beaucoup avec ses mains.

*À l’heure actuelle, il existe une autre forme d’intelligence : l’intelligence existentielle, selon l’appellation qu’ Howard Gardner lui a donnée. Cette forme d’intelligence ne partage pas le même statut que les autres. C’est la capacité à s’interroger sur la vie et la mort et à réfléchir au sens de la vie. De par son statut particulier et parce qu’elle est difficilement identifiable, nous ne traiterons pas de cette dernière.

Maintenant que nous avons décrit les 8 formes d’intelligence, il s’agit de repérer chez l’enfant quelle est celle qui prédomine. Comment les parents ou les enseignants peuvent-ils repérer les profils d’intelligence de leurs enfants ou des élèves ?

Comment repérer pour mieux apprendre ?

Howard Gardner, conseille d’accompagner l’enfant dans un musée ou un parc où il peut se livrer à des activités variées, de le laisser expérimenter ce qui lui plaît et d’observer sa façon d’explorer, ce qui l’intéresse le plus, l’approche qu’il préfère utiliser : linguistique ? Musicale, artistique ? Intrapersonnelle ? Relationnelle ?

Il ne s’agit donc pas d’effectuer une batterie de tests chez un spécialiste, mais de faire appel à vos dons d’observation, de parler avec votre enfant.

Quand l’enfant est petit, le profil des intelligences n’est pas figé, il sera amené à se modifier. Par exemple, même si la musique ne semble pas l’intéresser, ne vous dites pas «il n’a pas l’intelligence musicale», mais faites-lui écouter de la musique, chantez avec lui, emmenez-le écouter un musicien, cela améliorera son intelligence musicale. Multipliez les activités avec vos enfants, cela développera toutes ses intelligences.

Quel est le style de mon enfant ? Comment puis-je l’aider ?

Intelligences multiples : Le style linguistique

Une personne ayant une intelligence linguistique très développée connaît assez bien sa langue et a tendance à aimer raconter des histoires.

Pourquoi ne pas l’encourager à écrire son propre livre d’histoires ? Un document autobiographique l’intéressera sûrement puisque son accent est sur la personne et que, pour lui, tout ce qui est personnel est intéressant.

Si votre enfant ne se sent pas à l’aise de l’écrire lui-même, vous pourriez être son scripteur ou encore enregistrer ses histoires sur un magnétophone avant de les transcrire.

Puisqu’il s’agit de son histoire, il aura un texte concret entre les mains, ce qui facilitera son apprentissage de la lecture.

Intelligences multiples : Le style logico mathématique

Un tel enfant est constamment à la recherche de structures et de liens entre les mots et les idées dans un texte. Vous pourriez faire avec lui des mots croisés, des casses-tête, des jeux de vocabulaire, …

Intelligences multiples : Le style spatial

Ces enfants ont besoin d’indices visuels pour les guider dans leur lecture. Il serait donc ingénieux de créer des textes à l’aide de mots et d’images : une lettre sous forme de collage, par exemple, un emploi du temps en pictogrammes, …. Une fois la lettre terminée, une «lecture» à voix haute suivie de la transcription de cette lettre en mots, serait une activité intéressante et stimulante. La lecture de la lettre proprement dite en sera facilitée. Il faut tirer avantage du fait que ces enfants ont généralement un esprit créatif.

L

Intelligences multiples : Le style musical

Ce type d’enfant saura tirer profit de tout ce qui est relié de près ou de loin à la musique. Par exemple, écouter sa chanson préférée, chanter, transcrire les paroles, faire un texte de closure (texte à trous) avec ces paroles et le lui faire compléter en écoutant la chanson, lui faire modifier les paroles, etc. Voilà qui sera stimulant pour lui ! Vous pourriez également lui faire écouter une mélodie et composer ensemble une nouvelle chanson. N’oubliez pas : allez-y selon ses préférences.

Intelligences multiples : Le style kinesthésique

Si votre enfant a toujours tendance à écrire, alors il est de type kinesthésique. Travailler à l’ordinateur, taper à la machine, etc., tout ce qui stimulera son sens tactile sera bienvenu pour lui. Faire une promenade dans le quartier sera tout aussi stimulant. En effet, nous sommes entourés d’écriture : panneaux, affiches publicitaires, noms de rues, commerces,etc. Votre enfant pourrait noter des mots-clés pendant la promenade puis s’en servir pour composer une histoire.

Intelligences multiples : Le style interpersonnel

Pour eux, la lecture est un événement social. Lire à deux, lire en groupe ou lire à tour de rôle représente un type d’activité qui les stimule.

Intelligences multiples : Le style intrapersonnel

Ces enfants ont besoin de documents de lecture signifiants et variés. En général, ils peuvent apprendre à lire par eux-mêmes. Tout ce dont ils ont vraiment besoin, c’est d’un peu d’encouragements. Puisque beaucoup d’entre eux sortent des sentiers battus, il faut faire en sorte de découvrir quels sont les intérêts particuliers de votre enfant de façon à lui présenter des documents susceptibles de piquer son intérêt. Et, ne vous arrêtez pas aux conseils des bibliothécaires ! Laissez votre enfant se servir, y compris dans le rayon géopolitique, histoire, …

Vous en conviendrez, reconnaître son style d’apprentissage n’est pas une mince tâche ! Pour être en mesure de recueillir des indices, cela nécessitera beaucoup d’observation.

Posez lui une question pour tenter de déterminer avec lui son style d’apprentissage.

Par exemple : Si tu voulais apprendre la salsa, comment ferais tu ?  

Style d’
intelligence
Que fait-il ?
LinguistiqueEn parle à quelqu’un qui pratique cette danse pour qu’il lui explique
Logico mathématiqueVoudra voir un diagramme montrant les différents pas et les mouvements des bras
Style spatial Il observera les danseurs puis imitera
Style musicalil écoute la musique, il imagine les pas, les mouvements de bras et s’essaie
KinesthésiqueTrouve très rapidement un partenaire et danse en duo
InterpersonnelVa s’inscrire à un cours et s’y rend assidûment
IntrapersonnelÉtudie les différents pas, les mouvements de bras et les pratique seul devant son miroir.

Bien identifier le profil d’intelligence dont votre enfant est doté facilitera sans aucun doute le travail scolaire.

Mais la vie, ce n’est pas que l’école ! Il est important que les parents offrent à leurs enfants l’occasion de faire du théâtre, du dessin, de la musique, et bien sûr de passer des vacances en plein air avec des marches en pleine nature, des visites, au lieu de les laisser scotchés devant leurs écrans.

Vous les parents, vous êtes les premiers éducateurs de vos enfants, leurs fournisseurs d’expériences et de découvertes, qui ne sont pas abordées par l’école.

Pour terminer ce chapitre,  n’oubliez pas, la clé du succès, peu importe le style d’apprentissage de votre enfant, c’est son implication à tous les niveaux de la relation d’apprentissage.

Les enseignants peuvent-ils tirer partie de la théorie des intelligences multiples ?

Les bénéfices peuvent se résumer en deux mots : individualisation et pluralisation. Individualisation signifie bien connaître chaque enfant et lui enseigner de la façon la plus individualisée qui soit, pour qu’il apprenne et puisse montrer de quelle façon il apprend. Mais comment faire avec 30 élèves par classe ?

Nous vivons une époque formidable où nous pouvons tirer parti de tous ces outils que le numérique nous offre (TBI, tablettes, etc.) qui donnent accès à des leçons de maths, d’histoire, de biologie et ce de multiples façons. Cela permet d’individualiser l’enseignement mais aussi de le pluraliser, c’est-à-dire d’enseigner toute matière par différentes approches.

Les enseignants peuvent faire appel à des histoires, à l’art, au travail manuel, aux jeux de rôle, etc. Je ne connais pas une seule chose importante au monde qui puisse être enseignée que d’une seule façon.

Travailler avec les intelligences multiples en cycle 1 : c’est ici

Travailler avec les intelligences multiples en cycle 2 : c’est ici

Travailler avec les intelligences multiples en cycle 3 : c’est ici

Comment les enseignants et les parents peuvent-ils s’inspirer des intelligences multiples ?

Nous le savons tous, les élèves, quelque soit leur âge, ont besoin d’activités variées leur permettant d’utiliser de nombreux canaux d’apprentissage. Contrairement à ce que nous rencontrons habituellement dans l’ensemble des lieux d’enseignement.

Dans ce chapitre, je proposerai quelques aménagements que vous pourrez aisément utiliser à la maison après une longue journée d’école.

Pour les familles et les enseignants voici une référence bibliographique ainsi qu’un guide, deux ouvrages incontournables.  

Stimuler l’intelligence interpersonnelle :

En classe :

  • favoriser le travailler en coopération
  • lui faire corriger le travail d’un autre
  • critiquer, de façon constructive, les travaux ou les comportements des autres
  • poser des questions
  • expliquer et se faire expliquer ; enseigner une notion à un frère ou soeur plus jeune (ou pas)
  • échanger quelques minutes sur un sujet ; faire des séances de brain-stroming (=remue-méninges)
  • pratiquer la co-évaluation
  • avoir recours à un jeu de rôle pour présenter un débat ou un exposé
  • réaliser un projet en groupe
  • organiser une représentation ou un spectacle
  • assister à une conférence ou voir un film ou un documentaire, puis en débattre
  • mettre en scène ce qui est étudié
  • participer à l’élaboration des règles de vie dans la classe
  • discuter des valeurs, des codes de vie et des règles à la maison, dans la société
  • pratiquer l’écoute pleine et entière d’une autre personne qui parle
  • se donner du renforcement positif et prendre conscience de son importance
  • encourager les autres dans leur travail
  • partager ses sentiments
  • s’engager socialement
  • étudier les us et coutumes d’autres cultures
  • effectuer des interview réelles ou imaginaires
  • organiser des jeux
  • tenir un journal de bord collectif.
  • S’entraîner à diriger, collaborer , coopérer avec d’autres personnes sur un projet
  • Transmettre ses connaissances, organiser, porter attention aux autres
  • Travailler en équipe, …

A la maison :

  • L’accompagner dans l’utilisation  des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram)
  • participer à l’élaboration des règles de vie de la maison
  • L’encourager à faire du bénévolat, participer à des groupes ou associations portant sur la vie en société, la défense des droits, etc.
  • L’encourager à tenir le livre de la famille.

Stimuler l’intelligence intrapersonnelle :

En classe :

  • Permettre à l’élève de travailler seul dans un endroit confortable pour pouvoir se concentrer, se relaxer
  • Lui faire établir des objectifs réalistes, planifier le travail, utiliser un agenda pour s’organiser
  • Proposer de la méditation,  parler et travailler les émotions.
  • être attentif régulièrement à ses pensées, à ses sentiments, à ses humeurs,
  • noter les enchaînements qui conduisent à certains états (par exemple, à la démotivation, à la fierté, à l’engagement, à l’anxiété)
  • lui proposer de s’auto évaluer, peser, jauger, juger
  • évaluer ses méthodes de travail et les améliorer en l’ouvrant à d’autres façons de faire
  • travailler sur son estime et sa confiance en lui
  • s’impliquer dans des activités qui favorisent l’estime de soi
  • tenir un journal d’apprentissage (comment ai-je fait pour réussir, ce que j’ai réussi, etc.)
  • Tenir un journal de bord quotidien dans lequel il pourra exprimer une question sur ses apprentissages, ses sentiment, une partie de son travail trouvée particulièrement facile ou difficile, motivantes ou démotivantes
  • L’aider à verbaliser les problèmes rencontrés, échanger sur ses propres difficultés, l’encourager à écrire un blog
  • lui permettre d’émettre ses opinions
  • faire des exercices de visualisation du résultat recherché
  • anticiper la suite d’un cours
  • lui faire choisir un comportement (gentillesse, détermination…) et l’appliquer pendant toute une semaine
  • l’aider à prendre conscience de sa stratégie d’études, d’écoute
  • lui permettre de faire des recherches personnelles sur un sujet étudié
  • lui demander d’écrire en se mettant dans la peau d’un personnage

A la maison :

  • Lui proposer d’écrire un journal intime
  • Lui proposer d’aller à la bibliothèque pour que votre enfant aille chercher ce qu’il aime travailler
  • L’encourager à méditer, rêver, écouter ses intuitions, interpréter ses rêves, décoder ses émotions
  • Suivre des cours de développement personnel
  • Participer à de petits groupes d’échanges et de discussion
  • Se faire superviser par un « coach »

Stimuler l’intelligence linguistique :

En classe :

C’est la plus simple à utiliser car c’est exactement ce que proposent les programmes scolaires actuels. Mais, elle peut être stimulée autrement qu’en faisant un cours, de la lecture…..

par exemple :

  • les verbalisations des procédures, des graphiques, des images: cette verbalisation les aideras à mieux comprendre et apprendre, notamment en mathématiques, sciences, arts plastiques et même éducation sportive.
  • le passage par le théâtre, la poésies, les langages inventés, des jeux de mots, de lettres, mots croisés, définitions…..

Et à la maison pour étudier ?

Comme pour la partie en classe, le travail personnel n’est pas trop difficile car par principe, étudier une leçon écrite, c’est déjà utiliser son intelligence verbo linguistique.

Il faut donc travailler par le biais :

  • de la lecture (leçons, livres, documentaires…..)
  • de la rédaction de fiches, de synthèses de mémo (passage par l’écriture)
  • lui faire préparer des exposés,
  • pratiquer le théâtre
  • Et verbaliser chaque démarches quand on fait un exercice

Stimuler l’intelligence logico mathématique :

En classe :

L’enseignant peut  proposer :

  • des expériences scientifiques
  • de schématiser des concepts
  • faire des jeux de logique, résoudre des énigmes
  • la transcription de données en formule mathématique, en tableaux, en graphiques, en carte mentale, lapbook (dossier documenté, exposé, livret avec des images, des dessins des tableaux)
  • de travailler avec une pensée critique, les paradoxes (des contradictions) , les syllogismes (démonstrations)
  • utiliser l’ordinateur
  • élaborer des tableaux séquentiels ou associatifs
  • décrire la symétrie d’une chose, les analogies (associations)
  • décomposer une tâche en parties successives et fixer un ordre de priorités
  • prédire et justifier la réponse à un problème avant de le résoudre, puis le résoudre et évaluer ses prédictions
  • traduire les étapes de résolution d’un problème en formules symboliques

A la maison : Privilégiez :  

Pour les enfants en difficulté :

  • prendre l’habitude de questionner, critiquer, quantifier, conceptualiser, symboliser
  • chercher à résoudre des problèmes avec lui en appliquant une démarche de résolution
  • expliquer l’utilité concrète de l’apprentissage
  • formuler des hypothèses avec lui
  • décrire une réalité en chiffres
  • participer à des clubs scientifiques ou technologique

Stimuler l’intelligence naturaliste :

En classe :

Vous l’avez remarqué ? Souvent à la maternelle il y a un coin plantes et animaux. Bizarrement cela tend à disparaître dès le primaire.

L’enseignant peut :

  • Mettre des plantes dans la classe, faire un coin bouquets en encourageant les élèves à en amener.
  • Faire des élevages, de fourmis, de coccinelles, de phasmes
  • Afficher les documents « nature » sur la faune, la flore mais aussi les phénomènes exceptionnels tels des tremblements de terre ou volcan.
  • Laisser à disposition des boîtes loupes pour mieux observer les insectes,
  • Et pourquoi pas un squelette ?
  • Et, à l’extérieur pourquoi pas un  jardin, des plantations, ou un petit coin vert dans la classe, l’apprentissage du soin des plantes et des animaux restent des éléments essentiels de l’apprentissage.

A la maison ?

Encouragez votre enfant au jardinage, aux plantations, adoptez un animal de compagnie et encouragez votre enfant à le nourrir, sortez observer la nature, elle change tout au long de l’année !

Stimuler l’intelligence musicale :

En classe :

L’enseignant peut :

  • Utiliser des comptines, des enregistrements, des ritournelles, des bruitages
  • faire des Apprentissages rythmés
  • Utiliser la discrimination auditive
  • Mettre à disposition des instruments de musique
  • Proposer un fond musical en classe à certain moment (rangements, transitions) ou utiliser un signal sonore
  • Utiliser des synthèses et dictées vocales
  • Écrire des chansons
  • Créer un coin musical

Et à la maison :

Votre enfant aime jouer d’un instrument, chanter, danser, battre du pied. Il est sensible aux accents d’une langue étrangère, aux chants des oiseaux, aux bruits… Ce peut-être aussi le rythme dans une composition manuscrite.

Vous pouvez, par exemple, écouter tous types de musique en famille, repérer le rythme d’un morceau musical, reconnaître les instruments joués dans une composition musicale, créer des chansons… Vous pouvez également lui proposer une école de musique, de chants….



Stimuler l’intelligence visuo spatiale :

En classe :

Proposer un maximum de « visuel », c’est le plus facile: dessin, peintures, graphiques, cartes…. mettre des couleurs au tableau, sur les documents, des mises en pages particulières. Ces élèves comprendront mieux le visuel d’une carte qu’un texte l’expliquant

Permettre aux élèves qui en ont besoin de griffonner sur un papier lors de l’écoute d’une leçon. ce simple geste pour ceux qui ont une intelligence visuo spatiale dominante leur permettront de se concentrer sur ce qui est dit.

(les alphas en CP, les bonhommes de grammaire chez Retz pour le cycle 3….)

* toutes les activités de coloriage, dessin, bricolage, construction et surtout création sont de bons médiateurs. (constructions d’outils pour les leçons, représentation, mise en couleur…..)

un exemple dans la classe de ma fille en 6ème: ils travaillaient « la ville » en géographie, mais il y a eu un lien avec les Arts Plastiques et ils ont dû, avec leurs connaissances, construire une maquette et/ou dessiner le plan de leur ville imaginaire.

les frises historiques, les schémas…..

A la maison :

L’enfant pourra utiliser des dessins, graphiques, tableaux, maquettes…. mettre aussi des couleurs, réaliser des fiches synthèses, pour mieux se représenter sa leçon.

N’hésitez pas à mettre des affiches de leçons sur les murs de sa chambre, la porte des toilettes… afin qu’il voit la représentation de la leçon qui réactivera sa mémoire et l’aidera à l’apprendre.

Apprenez lui à rédiger des fiches mentales

N’hésitez pas à utiliser leur imaginaire pour inventer des moyens mnémotechniques plus ou moins farfelus

Laissez lui  à disposition un carnet de dessin et un crayon pour qu’il griffonne afin d’ordonner ses idées​​​​​​​.

Stimuler l’intelligence corporelle ou kinesthésique :

En classe :

Permettre aux élèves de « bidouiller »: balle anti stress, cube fidget ou autre. il y a plein de ressources actuellement sur divers sites.

Permettre aux élèves de bouger leur corps: coussin dynair, bascule de pieds. Dans certains pays, on propose des gros ballons à la place des chaises, des vélos, des bureaux où on peut être debout…

Leur permettre de bouger dans la classe, accepter qu’on se mette par terre ou sur des canapés pour des activités telle que la lecture.

Créer des situations où on bouge: reconstitution vivante d’un épisode historique, situations de manipulation avec du matériel ou des étiquettes.

Eviter les trop grandes périodes d’écoute, permettre des pauses « actives » (marcher dans la classe, le couloir, s’étirer….)

Pratiquer des exercices de yoga, de sophrologie, de méditation,  en début ou fin de séance, parfois au milieu !

Travailler sur l’espace dans la classe, penser à un environnement aéré.

En maternelle et au primaire, prévoir une zone « kinesthésique » (ballons, toboggan, tapis….)

Créer des leçons à manipuler

A la maison :

Vous pouvez permettre à votre enfant d’étudier en marchant, en se mettant la tête en bas, en sautant….

Et pourquoi ne pas associer des connaissances à des marches d’escaliers par exemple.

L’idéal est d’associer un mouvement à une connaissance (marcher en épelant un mot, associer un geste à un son comme le propose la méthode Borel Maisonny

Et même, pourquoi ne pas reprendre les leçons en créant des manipulations ?

Pour conclure sur les intelligences multiples :

Vous l’aurez compris, lors d’une activité, ou à l’école, votre enfant utilise plusieurs formes d’intelligence à la fois. Et, rassurez vous, rien n’est gravé dans le marbre.

Aussi, l’idée est de faire découvrir à votre enfant notre culture ou notre environnement sous forme d’activités très variées comme aller à une exposition ou à un concert, se balader en forêt, aborder différents types de sports, écouter différents courants musicaux d’ici et d’ailleurs, voyager… même si cela n’est pas forcément de votre goût.

Vous pouvez aussi varier les approches dans le cadre d’une discipline comme apprendre à compter en chantant, apprendre l’histoire en écoutant la musique de l’époque en question ou encore créer un jeu. Vous pouvez imaginer toute forme de combinaison.

Et pourquoi ne pas afficher les 8 formes d’intelligences et vous demander, quelles compétences vous avez abordées avec votre enfant aujourd’hui,  ou ce que votre enfant aime faire lors d’une activité ou dans le cadre d’une discipline :

Aujourd’huiOUINONJ’ai aiméJe n’ai pas aimé
j’ai classé,  je suis allé dans la nature nature, j’ai jardiné
j’ai perçu avec précision, j’ai colorié
j’ai écouté de la la musique et des sons
je me suis exprimé avec mon corps
j’ai fait des recherches
j’ai joué avec des amis
j’ai appris des mots
j’ai fait des exercices de logique, des sudoku, des expériences scientifiques

Quoi qu’il en soit, un cadre serein, ludique et bienveillant est essentiel pour votre enfant et constitue la base de toute activité.

Et n’oubliez pas que les « intelligences » peuvent évoluer dans le temps et elles ne sont considérées comme telles qu’à un moment donné et dans un contexte donné.

Peut-être que dans vingt ans, certaines formes d’intelligences « négligées » dans notre société actuelle, y seront (enfin) à l’honneur…

Votre enfant est en difficulté ? Vous souhaitez l’aider ? Pour prendre rendez-vous, c’est ici !

Laisser un commentaire